Fermer la fenêtre

Les pensées du temps d'avant

La Pensée du jour

LES GRAINS DE SEL DU POISSON CHAT

 

Il ne peut pas s'en empêcher, il met ses moustaches partout, jusque dans des pages du site où il n'a rien, mais vraiment rien à faire. Lorsque nous le lui rappelons, une fois il nous répond, faisant la chattemite:

-"Comment voulez-vous que j'apprenne, pour mon site à moi, si vous ne me laissez pas regarder?"

Une autre fois il nous éclabousse en battant l'eau avec queue et nageoires en bataille:

-" Faut bien que je vous surveille, sinon vous allez écrire des bêtises. Car qui, mieux que moi, connaît le boulevard Carnot? Non mais, pas vous en tous cas !"

Et s'il n'est pas franchement d'humeur gracieuse:

-"Si vous ne vouliez pas que je la ramène, fallait pas me coller en première page, na ! Et d'ailleurs, n'avez qu'à faire un copier-coller pour me mettre au rancard sur cette feuille-ci".

Plongeant au fond de son bassin, l'air chagriné et boudeur, il murmure entre ses branchies:

-"Ça, c'est un comble ! Ils ne peuvent pas se passer de moi, et ils me jettent chaque fois que je dis quelque chose. C'est injuste, c'est trop injuste. Mériteraient que je me jette à la mer, que je me laisse choir dans un court-bouillon, que je..."

Nous n'avons pas entendu la suite, mais après consternation, concertation et assemblée générale extra -extraordinaire, nous avons décidé:

1- de laisser notre chouchou naviguer librement dans le site.

2- de copier-coller ses interventions intempestives sur cette page.

3- de laisser à leurs places erratiques, ses interventions passées, présentes et futures, pour qu'il ne s'amuse pas à barbouiller toutes nos pages, par mesure de rétorsion, ce dont il serait bien capable....

C'est ainsi que vous pourrez trouver ici rassemblés, les Grains de Sel du Poisson Chat, et que vous les retrouverez aussi à leur emplacement d'origine, emplacement que nous aurons à coeur de vous signaler au fur et à mesure de notre pioche....

C'est tout pour aujourd'hui ! A la prochaine fois !

CARNOT: Le Passé retrouvé : Grain de sel n° 1 dans le Square Carnot

-"Comment ça, je n'ai rien à dire?!? Je voudrais bien voir ça!!! Eh bien, justement si, j'ai des choses à dire! s'exclama le Poisson Chat, prenant à témoin ses amis les pigeons, ici c'est chez moi, pas à tous ces gens que cette association prétentieuse envoie dans mon square. Après leurs visites guidées, manquait plus que les anciens, ceux que je n'avais pas encore vus. C'est quoi, ces gamins mal élevés qui grimpent sur mon bassin sans ma permission? C'est encore leur histoire de site Internet. C'était quand même mieux quand ils n'écrivaient que sur du papier!"

Vexé par l'indifférence des pigeons dont la seule préoccupation était de glaner quelques miettes oubliées sur la margelle du bassin, écoeuré par le manque de prévenance de l'association inconvenante qui lui en avait déjà fait voir de toutes les couleurs, il replongea, d'un coup de queue bien senti vers ses profondeurs résidentielles, marmonnant entre ses moustaches:

-"Et je ne parle même pas de ces ridicules dauphins qui servent de chevaux à ces horribles angelots, au milieu de mon bassin, en plein au centre de ma plage privée! Encore heureux qu'on les ait virés!"

Satisfait cependant - une fois n'est pas coutume- d'avoir exprimé librement ce qu'il pensait tout bas , il concluait comme à son habitude, ou presque:

"Bon ! A la prochaine fois ! C'est tout pour aujourd'hui !"

 

Quand le Poisson Chat s'en mêle: Grain de sel n° 2 dans les visites guidées

C’est au cours d’un de nos plus récents  passages au square Carnot que notre chouchou, le Poisson Chat, cachant pour une fois son mécontentement et sa colère sous des moustaches bien lissées, s’est permis d’intervenir sans même y avoir été invité :

- « Vouais ! Et moi, je deviens quoi dans tout ça ? Visites guidées, visites guidées, non mais ! Attention ! J’ai l’œil ! Je vous surveille ! C’est bien joli d’amener des touristes cannois, cannettans ou autres dans mon square. Pas un qui me propose une petite gâterie ! Tiens, pire que ça ! Ils entrent chez moi comme dans un moulin. Et vous croyez qu’il y en aurait un, même un seul qui me dise bonjour ?
Quant à vous, mes habitués, tiens ! je préfère ne pas dire ce que je pense de vous ! D’ailleurs, vous n’existez quasiment plus pour moi, tellement je vous vois peu, à cause de ces maudits visiteurs que vous avez attirés sur votre maudit boulevard et que vous chouchoutez comme s’ils étaient plus importants que moi ! Moi l’ancien chouchou abandonné à son triste sort de chouchou détrôné….
 »

Et là, croyez-nous si vous voulez, le Poisson Chat se laisse dériver à plat ventre vers le fond du bassin. Colère froide ou forte réaction dépressive ?  Nous sommes prêts à faire notre mea culpa, quand, d’un coup de queue, il se propulse tel une flèche vers la surface, subitement joyeux et un tantinet ironique :

-« Vouais ! Finalement, c’est pas mal de leur donner des cartes pour qu’ils se débrouillent sans vous. Plus besoin de les accompagner ! Et pendant que vous y êtes, donnez leur des rues qui aillent jusqu’à Grasse ou à Nice, ou à Toulon. Non, jusqu’à la mer, qu’on les retrouve dans les pays exotiques… Ça vous laissera un peu plus de temps pour vous racheter et passer, avec moi tout seul, le temps que je mérite. C’est tout pour aujourd’hui! A la prochaine fois! »

Parfaitement digne, quoique dissimulant un frétillement de plaisir, notre Poisson Chat a replongé au fond de son bassin. Non mais!

 

PLUME AU VENT : Grain de sel n° 3 dans Plume au vent (page 2)

-« Atchoum ! Atchoum ! Alors, là ! C’est le bouquet des bouquets ! Ils ne peuvent pas s’empêcher de me mettre à toutes les sauces ! Jusque dans leur Plume au Vent ! », grogna le Poisson Chat, en éternuant comme un malheureux.

-« Atchoum ! Atchoum ! Z’auraient pu l’appeler Ecaille au Vent, leur journal ! Au moins, il ne m’aurait pas réveillé mes allergies. Et d’ailleurs, je me demande si c’est aux plumes ou à leur association que je suis allergique ! Paraît que c’est un journal des fêtes, leur Plume au Vent. Drôles de fêtes d’ailleurs, où je ne suis jamais convié.Devraient quand même savoir qu’une fête sans moi, ça n’en est pas une ! Et je parie qu’ils comptent me refaire le coup de l’épuisette, comme l’an dernier ! Pourvu qu’ils ne me fassent pas aussi rater l’inauguration de mon site de surf, pendant qu'ils y sont ! Manquerait plus que ça, après tout le mal que je me suis donné pour en faire un véritable chef-d'oeuvre. Et sans ordinateur qui fait tout à votre place! Je suis sûr que mes invités apprécieront mon site à sa juste valeur.»

Ainsi philosophait le Poisson Chat qui commençait à s’égarer en nageant et surfant dans les méandres des pages de ce site Internet qu’il jugeait bien trop compliqué, la lecture n’étant pas son fort.

Après quelques loopings dans son bassin, il prit conscience que seuls une décision énergique et un entraînement sportif sérieux seraient à même de lui éviter l’humiliante épuisette des veilles de courses pédestres.
Il cogita dur pour parfaire une technique d’évasion, le jour dit, vers un autre bassin où personne ne penserait à venir le chercher et s’entraîna chaque nuit à la fraîche.
Constatant cependant qu’en ces temps de canicule, malgré les embruns marins du soir, la tâche était ardue, il adressa une supplique au Dieu des poissons-chats, pour qu’il pleuve à gros bouillons la veille de la course pédestre, ce qui lui faciliterait grandement le transfert dans son nouveau lieu de résidence, et même, pourquoi pas, carrément le jour de la course, ce qui ferait les pieds aux amateurs d’épuisettes….

C’est ainsi que toutes les nuits, y compris pendant son repos annuel d’août accordé par les municipalités de Cannes et du Cannet, notre Poisson Chat s’offrit du bon temps, accompagné par quelques grenouilles, dans une superbe piscine carrelée de bleu, dont l'emplacement sera tenu secret.

Pour une fois d’humeur excellente, le Poisson Chat riait dans ses moustaches de la bonne blague qu’il allait jouer aux habitants de Carnot et à cette association dont les Plumes au Vent le faisaient éternuer…. Et les grenouilles coassaient à plein gosier de le voir si joyeux, au risque d'ameuter tout le quartier.

C’est tout pour aujourd’hui! A la prochaine fois!

 

Fermer la fenêtre

Les pensées du temps d'avant

La Pensée du jour

© RENAISSANCE CARNOT