drapeau mex

Carnot à l’heure mexicaine

1900 – 1940

ubaye

 

Avant-propos

Remerciements

Première partie

Deuxième partie

Troisième partie

Chapitre 1

Chapitre 2

Chapitre 3

Chapitre 4

Quatrième partie

Cinquième Partie

Sixième Partie

Postface

Table des matières

Plan – Villes de Cannes et du Cannet

Troisième partie

L’épopée des Bas-Alpins

Vallée de l’Ubaye - Mexique

Chapitre 1

Vallée de l’Ubaye, au temps jadis

  


Barcelonnette – Gravure ancienne

Durant des siècles, les activités économiques de la vallée de l’Ubaye sont semblables aux activités de toutes les régions de France de haute montagne, tenant compte des ressources naturelles et du rythme des saisons. Exploitation de la forêt, travaux des champs, élevage et sériciculture. Pendant les longs et rigoureux hivers, femmes et enfants restent à tisser la laine et le chanvre, ou à filer la soie, tandis que les hommes quittent leur famille pour trouver d’autres sources de revenus. Ils se font colporteurs, bergers transhumants. Ces porte-balles, comme on les appelait, parcourent les chemins pour proposer à la vente la production artisanale familiale. Des pérégrinations qui les mènent de plus en plus loin de leur vallée, les enrichissent de connaissances nouvelles et ancrent chez eux le goût du voyage. On retrouve leurs traces jusqu’à Bruges, Breda et Amsterdam.

             

Troupeau de moutons dans les alpages

Vallée de l’Ubaye
Halte de troupeau transhumant 

                                                             

Devant la concurrence des fabriques et le développement du luxe, il faut peu à peu s’adapter ; la manufacture de draps grossiers est alors délaissée au profit de draps plus fins.
Adaptation qui se fait non sans mal, ce qui pourrait expliquer l’expatriation vers le Nouveau Monde, des premiers paysans de la vallée, au début du XIX° siècle. Une émigration américaine, d’abord vers la Louisiane, puis vers le Mexique.
Parmi les atouts qui ont permis la réussite étonnante des Barcelonnettes sur le continent américain, le niveau d’alphabétisation, exceptionnel à cette époque, a certainement été un facteur non négligeable. En 1848, 90 % des hommes et des femmes du canton de Barcelonnette savaient lire et écrire, contre 40 % dans les cantons voisins.

Chercheur de truffes Chasseur au repos


Certes, ce phénomène d’émigration ne fut pas propre à la vallée de Barcelonnette. Les habitants du Queyras voisin connurent, eux-aussi, une émigration importante vers la Californie, l’Argentine et le Brésil. Il en fut de même pour les Basques, Gascons, Bourguignons, Francs-Comtois. Mais la réussite et le savoir-faire des gens de l’Ubaye dépassèrent de loin réussite et savoir-faire des autres flux migratoires au point que tous les Français des Amériques, quelle qu’ait été leur région d’origine, furent communément désignés par les populations locales, du nom générique de Barcelonnettes.

 

Précédent Suivant
- Association Renaissance Carnot - 
Loi 1901 - Déclaration n° 0061018753 sous-préfecture de Grasse
© RENAISSANCE CARNOT 2013