PETITE HISTOIRE D'UN GRAND BOULEVARD

Y a d'la joie

1 - 2 - 3

7 – 8 – 9 et 15 Janvier 1883 – Quatre jours de fêtes grandioses pour l’inauguration du splendide boulevard. Des trains spéciaux amènent des visiteurs de toute la région – et même de Paris !

Dimanche 7 Janvier 1883 – Les festivités marquant la naissance du boulevard ont débuté par la très sélecte partie de chasse à l’Ile Sainte-Marguerite, offerte par l’excellent monsieur Garrigue à quelques invités triés sur le volet.
Mais avant d’aller tirer sangliers, lièvres, faisans, chevreuils ou poules d’eau, place au banquet champêtre !
Au menu : Saumon – Poulets de Bresse à la Chasseur – Petits pois de la presqu’île de Giens – Jambon d’York – Chevreuil sauce piment – Pâté de lièvre – Vin extra – Champagne – Desserts.

8 Janvier au matin : inauguration officielle du Grand Square. M. Henri Germain, Président du Crédit Lyonnais, initiateur du projet est là et écoute les discours élogieux tout à sa gloire et à celle de l’œuvre de Finance et plus encore à celle de la Science, génératrice de progrès et de bonheur pour l’humanité.
Grâce à la Science, l’isthme de Suez a pu être percé. Aujourd’hui, c’est ce magnifique boulevard qui a pu être créé. Tonnerre d’applaudissements.

15 Janvier 1883 – Dernier jour des somptueuses fêtes d’inauguration.
La foule accourt sur le boulevard pour assister aux courses de chevaux. Une foule impatiente ! Ne dit-on pas que Colombo prendra part aux épreuves ? Colombo est le cheval de M. Vidal, Maire d’Antibes. Un cheval de race américaine, d’une exceptionnelle beauté.
Et Colombo est là. C’est le départ. Le voilà qui s’élance, ivre de bonheur de fouler pour la première fois, le macadam flambant neuf du splendide boulevard. Mais que fait-il ? Il s’arrête et – un brin cabotin – salue la foule qui l’ovationne, avant de reprendre sa course triomphale.

15 Janvier 1883 – Ce sera l’apothéose. Les dernières heures de ces festivités resteront à jamais gravées dans les mémoires. Tout le monde est là sur le boulevard : aristocratie, grande bourgeoisie et menu peuple. L’air est d’une douceur exceptionnelle.
Bataille de fleurs trois heures durant, défilé de chars allégoriques ; le boulevard devient tapis de fleurs multicolores. Puis, premiers crépitements du feu d’artifice tiré depuis le Rond-Point de la Grande- Bretagne. Et soudain, les collines alentours s’illuminent de mille feux de Bengale. Décor de rêve pour le bal qui s’ouvre.

Depuis sa création en 1883, il n’est pas un jour où les journaux ne tarissent d’éloges sur le nouveau boulevard. Les maisons poussent une à une, comme dans un pays de fées. Le boulevard est devenu le lieu de promenade favori de la haute aristocratie. Chacun s’accorde à dire que cette voie royale est promise au plus bel avenir. Ce sera, à n’en pas douter, la future Avenue du Bois de Boulogne de Cannes.
S’y presse, s’y rencontre, s’y salue, en charmants équipages, le dessus du panier, la fine fleur de la société des hivernants. Five O’Clock de rigueur au Palace de la Grande-Bretagne. Bientôt sera édifié, en bordure du Grand Square, un casino ; les plans sont prometteurs. On a hâte.

(suite)

1 - 2 - 3


© RENAISSANCE CARNOT