PETITE HISTOIRE D'UN GRAND BOULEVARD

L'arrivée du Cheval de Fer

1 - 2 - 3

Il était une fois un boulevard… un gigantesque boulevard de 2 km 600 de long et de 25 m de large qui eut la bonne idée de surgir en pleine campagne, en droite ligne du Nord au Sud. C’était en 1883, à l’époque des fiacres, landaus et diligences. C’est dire la stupéfaction des Cannois et des Cannettans quand ils virent apparaître, après 18 mois de dur labeur, cette artère immense, majestueuse aux allures très parisiennes. Ce jour-là, on n’eut pas de mots assez chaleureux pour remercier la Société Foncière Lyonnaise et M. Henri Germain, président Fondateur du Crédit Lyonnais, d’avoir relié si magnifiquement la petite ville de Cannes au Sud au coquet village du Cannet au Nord. Un nouveau quartier venait de naître que l’on baptisa Quartier de la Foncière.

Cannes, le 10 avril 1863... le train arrive pour la première fois dans notre bonne ville de Cannes. C'est un événement considérable ! Grâce à cette pure merveille de la Science des temps modernes, Cannes ne sera plus désormais qu'à seulement une vingtaine d'heures de Paris. Quel progrès !

En ce 10 Avril 1863, la population, d'heure en heure toujours plus nombreuse, se presse aux abords de la pimpante petite gare richement décorée. Soudain un immense monstre, énorme et noir, surgit du tunnel du Suquet, dans un vacarme assourdissant de ferrailles et pistons mêlés, auréolé d'un panache de fumée blanche. On en recule d'effroi ! Puis 3 coups de sifflet stridents s'élèvent jusqu'au ciel et la population applaudit à tout rompre.

Il faut en finir avec cette ceinture de fer ! Eugène Gazagnaire, le nouveau maire de Cannes, élu en 1878 ne cesse de dénoncer les graves erreurs du passé. Avoir autorisé le passage du train à quelque 200 mètres de la mer est impardonnable ! Avoir refusé de partager la voie ferrée avec la commune du Cannet, au nom de vieilles querelles de rivalité d’un autre âge, est encore plus condamnable !
Cannes prise au piège de sa ceinture de fer, ronge son frein.

1881 – Cannes exulte ! Le Cannet rit sous cape ! C’est la fin programmée de la ceinture de fer ! La voie ferrée sera déplacée plus au Nord à la limite des deux communes de Cannes et du Cannet. Bon débarras !
Certes, quelques voix s’élèvent ça et là ! Quoi, donner notre train à ce Cannet qui a tant démérité en 1778, en obtenant sa séparation d’avec la ville de Cannes ! Mais qui serait assez fou aujourd’hui pour refuser le proposition de la Société Foncière Lyonnaise de transférer à ses frais cette voie ferrée plus au Nord ? Qui pourrait d’ailleurs douter en voyant surgir de terre, non loin du Square, l’énorme Pont de Lyon, que ce pont ne sera pas celui où passera le train ?

1881-1882 – 18 mois de travaux titanesques pour un nouveau quartier !
En ce mois de juillet 1881, Cannes et le Cannet sont assoupis sous le chaleur torride de l’été. Soudain, chacun sort de sa torpeur. Mais que se passe-t-il dans la campagne, au Nord de la voie ferrée ?

On se précipite et l’on découvre que 5000 ouvriers viennent de se mettre au travail. Vallons, collines sont broyés, arasés, défoncés, aplanis. Peu à peu apparaît le tracé d’un énorme boulevard qui montera en pente douce, en droite ligne vers le Nord.
La nuit venue, le spectacle est féérique. La population stupéfaite et émerveillée contemple ce chantier où l’on travaille jour et nuit, à la lueur d’une lumière encore jamais vue à Cannes, et qui s’appelle électricité.

(suite)

1 - 2 - 3

© RENAISSANCE CARNOT