Le Passé Retrouvé - Campestra - Viglieno

 

CAMPESTRA - VIGLIENO

Résidence Campestra- 5, rue Campestra

Malgré la disparition des villas les Anémones et les Sorbiers (act. immeubles modernes du même nom) qui marquaient superbement l’entrée des rues Campestra et Viglieno (anc. rue des Anémones), subsiste encore de nos jours, à deux pas du boulevard Carnot, un havre de paix et de verdure très évocateur de Résidence Campestra- dépendancece qu’était ce quartier résidentiel si prisé par la bourgeoisie cannoise et les hivernants. Jolie promenade à faire le long de ces rues jusqu’à l’avenue du Petit Juas.

Rue Campestra

Aux n°1 et 3 – Les Charmettes et Mon Repos.

Au n°5 – Résidence Campestra – 1885 – Grande villa néo-classique dans un parc. La façade principale comprend un avant-corps en rotonde au rez-de-chaussée. Deux ailes en retour sont fixées sur la façade Nord. L’ensemble est couvert d’un toit à croupe autrefois couronné d’une balustrade. Bâtiments des communs au Nord-Ouest de la parcelle. D’abord propriété de Mmes Stafford et Harris, la villa devient un hôtel de 45 chambres en 1925, puis une résidence de séjour connue sous le nom de Refuge des Cheminots.

Au n°14 – L’Eglantier. Chalet l'Eden- 26, rue Campestra

Au n°24 – Villa Hauteville.

Au n°26 – Chalet l’Eden.

Au n°32 – Marie-Rose.


Entrée du Petit Juas

Au n°76 – Villa Rochecline.

Les Libellules- 5, rue ViglienoAu n°68 – Villa Barety.


Rue Viglieno

Au n°5 – Les Libellules – Remarquables décors de faïence sur les façades Nord et Sud, rappelant ceux plus stylisés de la villa Les Ramiers ( 45, boulevard Carnot ).

Au n°7 – Marie-Fortuné.

 

Les Libellules- détail

Album Photo

(Lire la suite)

Le Passé Retrouvé - Campestra - Viglieno

© RENAISSANCE CARNOT