Les styles architecturaux - Le style Art Nouveau

CANNES - QUARTIER CARNOT - LE CANNET

LES STYLES ARCHITECTURAUX

L’ART NOUVEAU (1895-1914)

Principales caractéristiques:

La Brise- 9,rue Edith Cavell à Cannes

- Art de la courbe ( pas d’angles vifs ), la façade s’assouplit (arrondis, loggias et bow-windows).

- Motifs ornementaux trouvant leur inspiration dans la femme et la nature.

- Diversification des matériaux sur une même façade ( pierre, fer, céramique, brique, stuc,… )

La maison ou l’immeuble est devenu une parure où tout s'anime.

 

La Brise- 9, rue Edith Cavell à Cannes

Nous ne parlerons pas ici de la structure urbaine héritée du monde proche-oriental et de son mode de vie, mais des réalisations architecturales qui s'intègrent dans le mouvement mondial de l'Art Nouveau.

Les Grappes d'Or - rue du 11 novembreCe mouvement, né en Belgique, a eu comme chefs de file Guimard, Gaudi et Horta, en Europe occidentale. Il est né en réaction aux méfaits esthétiques liés à l'industrialisation, et aux courants architecturaux calqués sur les modèles du passé, néo-classiques ou néo-gothiques. C'est l'époque de grands mouvements de christianisation et d'envoi de missionnaires à travers le monde. La revue "L'Illustration" parle longuement du sort tragique des missionnaires envoyés en Chine, mais on commence aussi à importer des objets d'art qui susciteront un véritable engouement dans les capitales occidentales, la mode des "chinoiseries", pouvant d’ailleurs être japonaises. Une des collectionneuses célèbres sera Rachel, que sa carrière théâtrale amènera aussi à Cannes.
En effet, cette époque a été fortement influencée par la découverte de l'exubérance des décorations orientales, et de la qualité de vie légendaire de l'Orient. Il en découlera un renouveau de l'inspiration artistique.

L’Art Nouveau, comme l’Eclectisme, va aller se poser sur la façade haussmannienne qui, dans ses grandes lignes, est conservée. L’Art Nouveau ne concerne pas que l’architecture, il concerne aussi tous les arts décoratifs. C’est aussi l’époque de Gallé, Majorelle et René Lalique. C'est le règne de la courbe et de l'arabesque, inspirée de la nature, sans en être la copie, l'effervescence des constructions de verre et de métal, de la mosaïque et de la céramique, c'est le triomphe du retour aux techniques artisanales, créant des oeuvres uniques, avec une utilisation originale des thèmes artistiques orientaux, que le développement des moyens plus rapides de communication mettront plus facilement à la portée de l'Occident...

L’immeuble devient plantureux, tout en rondeur, parfois un peu … boursouflé. On y étale ses richesses, comme jamais les bourgeois un peu conventionnels du Second Empire n’auraient osé le faire. On y étale aussi sa joieImmeuble- 15, boulevard Carnot de vivre, celle de la Belle Epoque ; une explosion de joie irrésistible.
Les corniches sont en mouvement ; les balcons, plus larges, arrondis, incurvés ; les fenêtres, plus larges et parfois, elles-aussi, arrondies.

Les matériaux eux-mêmes se diversifient et la pierre voisine avec le fer, le grès, le stuc, la céramique. C’est aussi la renaissance du fer forgé qui s’épanouit maintenant sur les balcons et les portails en longues lianes nerveuses.

Ces constructions seront systématiquement agrémentées de jardins à la végétation luxuriante. Ainsi, au-delà des zones où l’urbanisation urbaine galopante de l’époque moderne a détruit la plus grande partie de ces plantations en même temps que les maisons qui s'y nichaient, on trouve encore de nombreux îlots de verdure et de fleurs qui offrent un écrin aux constructions les plus originales qu’ait engendré l’art de construire.
Les jardinets bordent la construction placée, elle, en retrait de la rue. Ces jardins, avec leur végétation exotique, vont participer, à leur tour, à ce goût pour la nature exubérante. Végétation naturelle dans les jardins reprise dans les décors végétaux somptueux des façades.le coût élevé de ces réalisations en fera une production de luxe, contrairement à l'utopie de départ qui voulait introduire le Beau dans la vie de tous les jours.

La maison est devenue objet et parure tout comme bijoux, ombrelles, chapeaux, arts de la table…On laisse de côté le bon goût étriqué d’antan ; on brise le carcan haussmannien et on savoure sa liberté fraîchement acquise, tout en sachant que l’on s’apprête à recevoir de plein fouet la Grande Guerre qui mettra un terme, et à la Belle Epoque, et à ce courant architectural qui l’a marquée aussi magnifiquement. Ce sera le déclin irrémédiable de cet extraordinaire mouvement qui s'est étendu sur l'Europe et l'Amérique, mais aussi jusqu'en Chine ou en Argentine.

Pour exemple : A Cannes, la Villa La Brise au n° 9, rue Edith Cavell, la Villa Les Ramiers au n° 45, boulevard Carnot, l’ensemble des immeubles du haut de la rue du Onze-Novembre  -  Au Cannet, les maisons de l’architecte Stoecklin, rue Cavasse.

Villas Ketty et Le Nid - rue Cavasse - Le Cannet

lire la suite....

© RENAISSANCE CARNOT