Les styles architecturaux - Le style Art Déco

CANNES - QUARTIER CARNOT - LE CANNET

LES STYLES ARCHITECTURAUX

LE STYLE ART DECO (1920 - 1930)

Principales caractéristiques:

Palais Saint-Jean, 4, avenue Saint-Jean à Cannes

- Droite et plan règnent en maître.

- Dépouillement des façades, élargissement des baies.

- Décoration simple et géométrique avec un élément de reconnaissance fréquent : la vasque de fleurs et les bas-reliefs composés de fleurs stylisées.

Naturel et simplicité qui contrastent avec les périodes précédentes.

Villa Saint-Jean, rue Aubanel à CannesLa Grande Guerre a laissé 300 000 morts, 3 millions de blessés, des destructions matérielles considérables, une situation financière critique. La construction privée attendra 1924 pour reprendre lentement. Ce sera alors l’éclosion d’un style nouveau : le style « Art déco ».
L’innovation essentielle de ce courant architectural, c’est que la droite et le plan règnent en maîtres désormais. La décoration reste très simple, souvent géométrique, toujours cantonnée à un endroit très précis de la façade ; un élément de reconnaissance très sûr, notamment grâce à ses vasques de fleurs si fréquentes. C’est le dépouillement des façades, la prépondérance des formes géométriques et l’élargissement des baies qui annoncent le passage progressif vers le mouvement moderne qui prendra son essor, quant à lui, dans les années trente.

La décoration :

La vasque de fleurs – ces vasques s’épanouissent généralement en soutien de balcons ou au fronton des fenêtres. Lorsqu’elles sont absentes, leurs fleurs se retrouvent parfois éparses sur la façade.

Les sculptures ou les bas-reliefs sont plus rares que les vasques et réservées à l’habitat de luxe.

Les colonnes constituent un ornement fréquent.

Les fenêtres sont souvent de formes variées sur un même bâtiment : rectangulaires et en hauteur, arrondies, à meneaux – avec des frontons de formes très diverses, triangulairesVilla- 13, rue de Stalingrad à Cannes, polygonales,à corniche, en arbalète …

Les portes – souvent très gracieuses.  La ferronnerie s’affranchit des sempiternelles vasques sans pour autant abandonner la représentation florale.


Pour exemple : Au n° 4 de l’avenue Saint-Jean, le Palais Saint-Jean ; au n° 10 de la même avenue, l’immeuble construit par l’architecte Henri Rastrelly.

lire la suite....

© RENAISSANCE CARNOT